Satané chantage annuel

Magicultrice - Semer la magie, vivre sa vie.

Satané chantage annuel

Tous les ans, je reviens sur ce sujet touchy.
Tous les ans, j’ai besoin de continuer de process.
Mes enfants grandissent, ma phobie demeure, et j’évolue avec eux, avec ce qu’ils ramènent de l’école, ce qu’on nourrit à la maison.

Article sur instagram lié

Quand Lune était petit, je me suis pris une vague de mépris à ne pas vouloir faire croire au Père Noël à mon enfant. On ne peut même pas parler de mode ou quoi, je ne connaissais pas Montessori, je ne connaissais pas la parentalité positive, c’était y’a onze ans, j’étais le reflet de l’éducation que j’ai reçue et pourtant.. Je n’étais pas à l’aise à cette idée.
N’étant pas armée pour perdre l’amour de ma famille sous condition aussi triste, j’ai cédé. J’ai laissé la famille se faire plaisir à faire croire au Père Noël à mon enfant.
La seule exigence que j’avais imposée : pas de chantage, on ne parle pas d’être sage.
Et, évidemment, pas de Père Noël déguisé, mais ça… Ils sont au courant.

Quand Soleil était petit, Lune avait l’âge de poser ses premières questions. J’ai utilisé la fameuse méthode « botter en touche » en lui retournant la question « Et toi, qu’en penses-tu ? »
Lune ne trouvait pas cela rationnel, mais il avait fort fort envie d’y croire..
Tellement fort que c’est seulement l’an dernier que les enfants ont cessé d’y croire.
Je pense d’ailleurs que Soleil n’y croyait déjà plus. Il n’a juste pas balancé ses conclusions à son grand frère, seulement tenté pendant plusieurs cycles de lui impulser ses idées d’impossibilité scientifique.


L’annonce a été brutale. C’était de ma faute, un peu, parce qu’ils m’ont piégée, un peu.
Ils parlaient tous les deux, juste après Noël, de comme c’était impossible l’existence du Père Noël.
Je les écoutais sans intervenir, ils avaient l’air d’accord. J’avoue je me réjouissais d’entendre que c’en était fini de ce type. Ce qui fait que quand ils m’ont dit « Pas vrai, maman ? »
J’ai bêtement répondu « Vous connaissez la réponse, j’ai l’impression ».

Soleil s’est illuminé, et a commencé à me poser plein de questions pour valider ses hypothèses.
Lune s’est décomposé, et j’ai compris qu’il prêchait le faux pour savoir le vrai. Je me suis sentie ridicule et honteuse d’être tombée dans le panneau (je pense que j’ai été guidée par ma volonté que leur croyance cesse). J’ai réconforté mon enfant du mieux que j’ai pu. Cela a été un vrai deuil. C’était vraiment dur pour moi, d’autant plus que je me suis sentie coupable. Est-ce que ça valait le coup ? Est-ce que ces neuf années à croire au Père Noël ont vraiment scintillé plus fort que ne pas y croire ? Est-ce que l’humiliation et la tristesse qu’il a ressenties (d’avoir eu tort, d’avoir cru les adultes, de voir un personnage adoré passer de réel à fiction) auraient pu être évitées ?

Même famille,
Mêmes parents,
Même accompagnement au travers de « La légende du Père Noël, y’a aucune preuve, t’y crois t’y crois pas »
Et réaction face à la vérité totalement différente.

C’était dur émotionnellement pour moi : pas d’accueillir les émotions, j’ai aucun souci avec ça.
Mais parce qu’à l’origine je n’étais pas pour et que je ne me suis pas écoutée pour laisser le droit à mes proches et aux adultes proches d’eux de nourrir quelque chose qui leur fait plaisir à eux, au détriment des émotions de mon enfant. Je ne me suis pas sentie coupable qu’il pleure et qu’il trouve ça difficile.
Je me suis sentie coupable qu’il ait cru qu’on lui avait caché la vérité.
ça m’a vraiment heurtée.

Je n’ai pas dit frontalement à Etoile « le père noël n’existe pas », j’ai cru que nos conversations et notre façon de célébrer suffirait. Je n’avais pas pensé à la donnée « Ecole. »
Maintenant, j’ai peur de lui exprimer trop clairement qu’il se trompe s’il y croit déjà. J’ai pas envie que ce soit brutal et violent. Et je suis fâchée que ce truc nous pourrisse annuellement alors que décembre c’est la fête.

Alors, je vais m’armer de patience, d’amour, de bienveillance, et l’accompagner dans sa propre histoire en lien avec le Père Noël, en réajustant, en démentant l’aspect le plus sombre de la croyance (chantage au père noël) et en faisant de mon mieux pour que cela reste festif et magique, sans trahir, sans souffrir, sans se sentir humilié.


Pour échanger plus profondément, vous pouvez toujours tenter de frapper aux portes du Château Sacréa (mais les gardiens sont très à cheval sur la sécurité)

 

3 réponses

  1. maman dit :

    Moi aussi je me sens tellement coupable pour Axel , encore un coup de fouet que l on t a mis sans nous rendre compte. Tu es si différente, que l on a pas su faire autrement que comme on le sentait, sans se demander si tu étais ok avec tout ce que l on t as imposé. Je suis désolée et triste que tu subisses encore, nos erreurs du passé. J espère du plus profond de mon cœur que Etoile ne sera pas aussi marqué que Lune ,lorsqu il saura et découvrira que le père Noel n existe pas. Chaque jour, aujourd’hui, je grandi grâce à toi. Tu es une merveilleuse maman et une fille extraordinaire. Si je pouvais revenir en arrière et effacer toutes ces choses que je t ai dite ou faite en te blessant sans le voir, je le ferai. Tu es ma fille magique qui transformer mes croyances generationnelles en questionnement profond. Et je t aime pour ca, ne change surtout pas c est toi qui est dans le vrai. <3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *